« to pay for words », what a terrible judgment, which can affect all those for whom words have an intrinsic value, which they mean and make sense


« to pay for words », what a terrible judgment, which can affect all those for whom words have an intrinsic value, which they mean and make sense… to pay for words suggests that they are in vain, that Language inflation has always been, that they are only « Monkey money »…
And yet… this judgment, something terrible, seems to me to be fair. Much more, he is a terrible guard for those who, like me, get drunk easily from fermented, sweet, alcoholic, Sour-sweet, how to write without « paying for words », without the misuse of this Money Paper, always available, always hand-held, don’t dévalorise it?
When the words are free, they’re not worth anything? How do I talk without inflation or swelling?
· See original ·
Rate this translation


Hannah Bloom
décembre 19, 2017

En arrimant solidement tes mots au socle du réel, comme tu le fais si bien 🙂 :-*

    Alain Nouvel
    décembre 13, 2017

    Merci Hannah, tu es bienveillante. On n’est jamais assez vigilant…

Alain Nouvel
décembre 19, 2017

Merci Hannah, tu es bienveillante. On n’est jamais assez vigilant…

Eve Sauze-chapel
décembre 19, 2017

Les mots humains sont-ils monnaie de singe?

Alain Lecomte
décembre 19, 2017

A mon avis, « se payer de mots » ne signifie pas que tous les mots soient vains, mais certains seulement, et c’est effectivement le cas quand on les utilise avec inflation, quand on ne va pas droit au but dans l’expression, bref, quand on se ment.

Colette Fournier
décembre 19, 2017

Bonjour Alain,
Je ne trouve pas ce jugement si terrible parce qu’il me semble que c’est une tentation qui pend au nez de chacun. Mais cela dépend aussi du registre d’écriture dans lequel on est, de notre intention. Et puis, on peut aussi en être satis…

    Alain Lecomte
    décembre 13, 2017

    on peut certes s’amuser avec les mots, mais il ne faut pas alors prétendre que ce que l’on produit soit un dire effectif.

    Colette Fournier
    décembre 13, 2017

    OUi, c’est bien ce que je dis.

    Alain Lecomte
    décembre 13, 2017

    Ah! Super alors!

    Colette Fournier
    décembre 13, 2017

    C’est pour cela que j’évoquais l’intention déclarée (ou non) de l’auteur. 🙂

    Alain Nouvel
    décembre 14, 2017

    Bien de votre avis, Colette et Alain. Amitié.

Alain Lecomte
décembre 20, 2017

on peut certes s’amuser avec les mots, mais il ne faut pas alors prétendre que ce que l’on produit soit un dire effectif.

Colette Fournier
décembre 20, 2017

OUi, c’est bien ce que je dis.

Alain Lecomte
décembre 20, 2017

Ah! Super alors!

Colette Fournier
décembre 20, 2017

C’est pour cela que j’évoquais l’intention déclarée (ou non) de l’auteur. 🙂

Hennie Claude
décembre 20, 2017

Je ne connaissais pas du tout cette expression. Les mots, ces cailloux si précieux…


« to pay for words », what a terrible judgment, which can affect all those for whom words have an intrinsic value, which they mean and make sense


« to pay for words », what a terrible judgment, which can affect all those for whom words have an intrinsic value, which they mean and make sense… to pay for words suggests that they are in vain, that Language inflation has always been, that they are only « Monkey money »…
And yet… this judgment, something terrible, seems to me to be fair. Much more, he is a terrible guard for those who, like me, get drunk easily from fermented, sweet, alcoholic, Sour-sweet, how to write without « paying for words », without the misuse of this Money Paper, always available, always hand-held, don’t dévalorise it?
When the words are free, they’re not worth anything? How do I talk without inflation or swelling?
· See original ·
Rate this translation


Hannah Bloom
décembre 15, 2017

En arrimant solidement tes mots au socle du réel, comme tu le fais si bien 🙂 :-*

    Alain Nouvel
    décembre 13, 2017

    Merci Hannah, tu es bienveillante. On n’est jamais assez vigilant…

Alain Nouvel
décembre 15, 2017

Merci Hannah, tu es bienveillante. On n’est jamais assez vigilant…

Eve Sauze-chapel
décembre 15, 2017

Les mots humains sont-ils monnaie de singe?

Alain Lecomte
décembre 15, 2017

A mon avis, « se payer de mots » ne signifie pas que tous les mots soient vains, mais certains seulement, et c’est effectivement le cas quand on les utilise avec inflation, quand on ne va pas droit au but dans l’expression, bref, quand on se ment.

Colette Fournier
décembre 15, 2017

Bonjour Alain,
Je ne trouve pas ce jugement si terrible parce qu’il me semble que c’est une tentation qui pend au nez de chacun. Mais cela dépend aussi du registre d’écriture dans lequel on est, de notre intention. Et puis, on peut aussi en être satis…

    Alain Lecomte
    décembre 13, 2017

    on peut certes s’amuser avec les mots, mais il ne faut pas alors prétendre que ce que l’on produit soit un dire effectif.

    Colette Fournier
    décembre 13, 2017

    OUi, c’est bien ce que je dis.

    Alain Lecomte
    décembre 13, 2017

    Ah! Super alors!

    Colette Fournier
    décembre 13, 2017

    C’est pour cela que j’évoquais l’intention déclarée (ou non) de l’auteur. 🙂

    Alain Nouvel
    décembre 14, 2017

    Bien de votre avis, Colette et Alain. Amitié.

Alain Lecomte
décembre 16, 2017

on peut certes s’amuser avec les mots, mais il ne faut pas alors prétendre que ce que l’on produit soit un dire effectif.

Colette Fournier
décembre 16, 2017

OUi, c’est bien ce que je dis.

Alain Lecomte
décembre 16, 2017

Ah! Super alors!

Colette Fournier
décembre 16, 2017

C’est pour cela que j’évoquais l’intention déclarée (ou non) de l’auteur. 🙂

Hennie Claude
décembre 16, 2017

Je ne connaissais pas du tout cette expression. Les mots, ces cailloux si précieux…